Quels sont les liens entre les acouphènes et l’otospongiose ?

Avant de trouver s’il y a des liens entre les acouphènes et l’otospongiose, il est utile de comprendre comment cette affection se propage au sein de l’appareil auditif.

Continuer la lecture de « Quels sont les liens entre les acouphènes et l’otospongiose ? »

Le bruit au travail – un impact sous-estimé

Nous sommes tous exposés au bruit au travail et cela pratiquement partout. Peu importe d’ailleurs le domaine dans lequel on exerce son activité professionnelle. Les niveaux sonores différents ainsi que le type d’agression subie, mais également les impacts du bruit sur nos oreilles sont particulièrement importants. Si pour certains métiers le niveau de bruit a imposé le port des équipements de protection individuelle pour limiter les affections auditives (comme les casques), la fatigue et les risques psychosociaux sont bien moins considérés comme étant des impacts effectifs.
Les acteurs de l’entreprise, ainsi que les spécialistes travaillant dans les domaines relatifs à l’audition devraient mener une réflexion globale sur la santé auditive. Cela permettrait d’agir plus efficacement dans le domaine de la prévention des risques auditifs et ainsi de limiter à terme l’incidence et l’apparition du handicap auditif.

Continuer la lecture de « Le bruit au travail – un impact sous-estimé »

Anthony Delon parle de sa guérison

J’ai été victime d’acouphènes : mes oreilles se sont mises à siffler… jour et nuit. Vingt-quatre heures sur vingt quatre. Au bout de six mois je n’en pouvais plus. J’avais envie de me fracasser la tête contre les murs.
« Tu vas devenir dingue ! »
Un jour que j’étais à bout ou presque, j’ai compris qu’il fallait que je les accepte, qu’elles faisaient partie de moi. Je devais apprendre à vivre avec.
Et j’ai eu raison : ils ont disparu deux ans plus tard

Les acouphènes en chiffres

  • Selon les Français, la perte de l’audition apparaît comme la 4 ème source d’inquiétude concernant la santé.
  • Pour 52% des personnes interrogées, l’exposition sonore élevée (travail, baladeur, concert…) est la raison principale de la perte de l’audition.
  • 1 personne sur 2 connaît quelqu’un qui souffre d’acouphènes.
  • 50% des sondés a déjà ressenti des acouphènes
  • 56% parmi les jeunes de 16-34 ans
  • 51% d’entre eux n’a jamais consulté
  • Acouphènes permanents : 3 710 000 personnes
  • Acouphènes de temps en temps : 12 290 000 personnes

Source : https://www.journee-audition.org/pdf/cp-resultat-enquete2014.pdf

Les acouphènes, une affection auditive

Une enquête réalisée par l’Institut français d’opinion publique (Ifop) en 2018 relative à l’audition des Français a démontré une progression inquiétante des troubles auditifs, notamment des acouphènes, et surtout chez les jeunes.

Les acouphènes sont devenus un véritable fléau parmi les jeunes qui ont de plus en plus l’habitude d’utiliser des casques pour écouter de la musique ou regarder des vidéos sur internet à des niveaux de son trop élevés.

Toutefois toutes les couches de population sont atteintes par les acouphènes, ces sifflements qui peuvent causer des gênes auditives et se transformer à terme en de véritables obsessions.

Si vous ou vos proches souffrez de défauts auditifs, que ce soient des handicaps plus ou moins lourds, des solutions existent et les nouveaux travaux sur la thérapie génique apportent de grands espoirs qui aboutiront à de nouvelles solutions pour récupérer partiellement la capacité auditive ainsi qu’une amélioration dans le cas d’autres affections.

En attendant, afin de diminuer leur impact et leur fréquence, vous pourriez éviter ou réduire dans votre alimentation:

  • le sel
  • les excitants comme le café ou le thé
  • le glutamate
  • l’alcool

Tester également ce programme qui se révèle vraiment efficace : programme spécial

Que faire si vous êtes victime d’acouphènes?

Nous sommes tous, un jour ou l’autre, victimes de ces bourdonnements dans l’oreille qui peuvent apparaître plus ou moins souvent et ont une durée plus ou moins longue.

Même si les causes exactes de cette affection auditive ne sont pas connues, les origines sont facilement identifiables : les multiples sollicitations sonores auxquelles nous sommes exposées en permanence, les niveaux sonores croissants, l’utilisation de plus en plus courante de casques pour écouter la musique, des podcasts ou des loisirs pendant les voyages, etc.

Si les acouphènes deviennent trop fréquents et perturbent votre vie, il faut alors consulter votre ORL pour faire un bilan auditif complet.

Si aucun problème auditif n’est constaté, il serait alors utile de faire une visite à votre dentiste pour une vérification de vos dents, des amalgames dentaires présents dans votre bouche, l’alignement des dents et les dents de sagesse.

Enfin, pour éviter l’aggravation des acouphènes, nous vous conseillons de prendre des mesures dès leur apparition. Ainsi, évitez au maximum les casques et utilisez plutôt un mini haut-parleur, faites attention au niveau sonore de vos appareils (télévision, radio, etc.), etc.

Voici quelques conseils et astuces pour améliorer votre confort et diminuer leur impact et leur fréquence :

  • privilégier les promenades à l’air libre;
  • éviter au maximum le port des casques sur les oreilles.
  • tester ce programme qui se révèle vraiment efficace : programme spécial

La thérapie génique et ses applications relatives à l’audition

La thérapie génique – appelée aussi génothérapie – est une approche qui consiste à insérer des gènes dans les cellules ou les tissus d’une personne pour traiter une maladie.

Elle vise à remplacer ou compléter un allèle mutant défectueux de la séquence d’ADN par un autre qui est fonctionnel ou à “surexprimer” une protéine qui pourrait avoir un impact thérapeutique grâce à son activité, accrue artificiellement grâce à cette injection très ciblée.

Ces dernières années, les recherches sur la génothérapie suscitent beaucoup d’espoir pour les affections des oreilles, que ce soit pour les personnes atteintes par la surdité ou celles qui subissent les acouphènes. En effet, avec le vieillissement de la population, le besoin et la demande se font sentir. Le marché réagit en conséquence, les investissements s’accroissent, et la recherche scientifique propose désormais des solutions tout à fait inenvisageables il y a encore peu de temps.

L’identification de plus en plus de gènes a ainsi permis de grandes avancées en matière de développement de traitements capables de réparer l’oreille interne. Selon les statistiques, 1 enfant sur 700 naît avec une surdité profonde ou sévère et dans 60 à 80 % des cas il s’agit d’un défaut d’origine génétique. Il semblait jusqu’à présent qu’on ne pouvait rien contre cette fatalité.

En 1995 à Paris, l’Institut Pasteur a identifié en première mondiale un gène responsable de la surdité. Depuis, plus d’une centaine de défauts auditifs d’origine génétique ont été identifiés. Ces grandes découvertes ont permis non seulement une meilleure compréhension du système auditif, mais ont ouvert la voie au développement de nouvelles thérapies pour réparer grâce à la thérapie génique l’oreille interne. C’est une véritable percée dans la médecine qui ouvre la voie et concrétise l’espérance de millions de malades qui s’étaient résignés à endurer leur sort et à subir leurs souffrances.

Les mécanismes défectueux qui sont à l’origine des surdités neurosensorielles ont permis le développement de modèles de gène-médicament. Néanmoins, pour permettre la vérification concrète de ces théories issues de la recherche, il a fallu tester certains prototypes sur des animaux.

Il faut savoir que la cochlée humaine (qui est un organe de l’oreille interne transformant les sons en impulsions électriques) et celle de la souris sont très similaires. Ainsi, en 2017, à l’Institut Pasteur, l’injection d’un gène thérapeutique dans l’oreille interne de souris a permis de réparer les cellules sensorielles défectueuses. Des injections régulières toutes les deux semaines, ont permis à ces souris atteintes d’une surdité profonde de retrouver partiellement leur l’audition et ont ainsi rétabli entièrement leur équilibre tridimensionnel lors de leurs déplacements. Une révolution !
Aux États-Unis, des chercheurs sont en train de concevoir dans l’université de Kansas City un essai clinique chez l’homme visant à faire pénétrer un gène dans les cellules de soutien pour les transformer dans des cellules sensorielles. C’est la promesse de fantastiques progrès dans les années qui viennent !

La cochlée de notre oreille compte plus de 17.000 cellules sensorielles différentes et qui répondent à des fréquences spécifiques, en fonction de leur morphologie et de leurs propriétés biophysiques. Cet organe est donc d’une complexité phénoménale qu’une thérapie classique est bien en mal de remplacer en cas de dysfonctionnement génétique.

En effet, si actuellement seulement un implant cochléaire permet aux enfants sourds profonds de sortir du silence, ces nouvelles thérapies seront non seulement moins invasives, mais arriveront à faire mieux que ces dispositifs.  C’est une certitude dans la théorie et pour ce qui est des tests menés jusqu’à présent sur les souris. Mais les résultats clairs obtenus chez l’animal – et en peu de temps – nous autorisent à être raisonnablement optimistes pour l’application de ces traitements expérimentaux à l’oreille humaine !

Ce contenu est susceptible de vous intéresser > Dernière vidéo