Le vieillissement peut-t-il favoriser l’apparition des acouphènes ?

Le vieillissement est un phénomène naturel que nous subissons tous. En avançant en âge, notre organisme tend à fonctionner moins bien puisque les cellules vieillissent. Certaines fonctions commencent donc à se détériorer comme par exemple l’audition. Normalement, elle connaît une lente dégradation à partir de l’âge adulte, mais certaines mauvaises habitudes peuvent accélérer le processus.
Les statistiques indiquent qu’après 65 ans, 70% des personnes présentent des problèmes auditifs. Ce déficit au niveau de la fonction auditive est appelé “presbyacousie”.

Qu’est-ce la presbyacousie?

La presbyacousie vient du grec presby (qui signifie “plus vieux”) et akousis (qui signifie “audition”). Ainsi, il décrit en fait une baisse de l’acuité auditive qui intervient lors du vieillissement. Il ne s’agit donc pas d’une maladie, mais d’un phénomène naturel qui se déclenche dès l’âge de 18 ans. Comme nous l’avons mentionné, ce processus de dégradation peut être accéléré par une exposition sonore excessive et à des niveaux trop élevés, par une mauvaise hygiène de vie, mais aussi par la prise de médicaments ototoxiques (toxiques pour l’oreille).

La presbyacousie est souvent diagnostiquée après l’âge de 50 ans, car c’est après cet âge que cette baisse d’audition devient plus gênante ainsi que l’apparition de symptômes acouphéniques comme les bourdonnements ou les sifflements.

La presbyacousie affecte souvent les deux oreilles et s’accentue avec le temps.

Relation entre les acouphènes et la presbyacousie

Une des raisons invoquées pour expliquer la relation qui existe entre la perte d’audition et les acouphènes consiste dans le fait que les cellules ciliées présentes dans la cochlée se dégradent avec l’âge. Il semble que les cellules responsables de la transformation des sons aigus en impulsions nerveuses sont les plus touchées. Comme l’influx de l’oreille interne n’est que partiellement transmis au cerveau, il aurait alors tendance à remplacer cette absence en créant lui-même une activité nerveuse “artificielle”. Il semble donc que c’est justement cette activité qui créerait les acouphènes.

Les types de presbyacousie

Selon l’origine de la détérioration, on distingue 4 types de presbyacousie :
1. La presbyacousie sensorielle qui se caractérise par l’altération de l’organe de Corti. C’est le type que nous venons tout juste de présenter et qui concerne la dégradation progressive des cellules ciliées. L’oreille interne a du mal à transmettre correctement les signaux et cela donne naissance à des troubles auditifs comme l’acouphène.
2. La presbyacousie neurale se caractérise par la détérioration des neurones du ganglion spiral qui entraîne une perte des connexions avec les cellules ciliées. Ainsi, la transmission de l’influx nerveux vers le cerveau en est perturbée.
3. La presbyacousie striale affecte la stria vascularis, qui est la principale voie d’irrigation de la cochée. La détérioration de ce vaisseau engendre la diminution de l’apport de sang oxygéné à la cochlée. Ce type de presbyacousie concerne l’ensemble des fréquences sonores et serait héréditaire.
4. La presbyacousie cochléaire de transmission qui apparaît après des lésions de la membrane basilaire ou du ligament spiral.

Si vous avez plus de 50 ans et que vous êtes victime d’acouphènes, il est fort possible que la cause soit une presbyacousie latente progressive. Il est donc utile de faire vérifier votre audition en prenant rendez-vous chez un professionnel ORL.

Les symptômes acouphéniques comme les sifflements, les bourdonnements, les grincements d’oreille doivent être pris en compte et doivent vous diriger vers un professionnel afin d’en connaître les causes.

En conclusion, la presbyacousie est un processus qui concerne tout le monde. Si vous voulez diminuer les symptômes acouphéniques engendrés qu’elle engendre, nous vous invitons à découvrir ici une solution qui peut vous aider:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *