Acouphènes : Angèle raconte son calvaire

Personnes les mains en l'air lors d'un concert de musique
Avec son tube “J’entends”, la chanteuse Angèle raconte son quotidien avec ses acouphènes. Elle espère aussi sensibiliser le public à cette maladie “invisible”.

Quoi de mieux que d’avoir une célébrité pour défendre une cause ? Récemment, la chanteuse belge Angèle a accordé une interview où elle parle de ses acouphènes. Un mal qui la ronge et l’angoisse.

La jeune artiste a d’ailleurs enregistré la chanson «J’entends» pour raconter son quotidien avec ses acouphènes. Un coup de projecteur qui permet au grand public de mesurer la gravité de cette maladie invisible.

«Ma plus grande peur c’est que ça s’empire»…

Bourdonnements,

Sifflements,

Bruits blanc…

La liste est encore longue pour décrire tous les sons parasites que les personnes acouphéniques entendent. Ces bruits en continu qui ne laissent quasiment aucun répit.

La chanteuse belge Angèle en a fait la douloureuse expérience. Dans une interview accordé au média “Brut”, elle revient en détails sur l’événement qui a déclenché ses acouphènes :

“Un jour, j’étais à une promo télé, et dans le stress, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais il y avait un problème avec le micro”, explique-t-elle. “Il n’avait pas de piles, alors j’ai mis le son beaucoup plus fort dans mon boîtier, pensant que c’était un problème de son… J’ai reçu un “jus” dans les oreilles. Je ne m’en suis pas rendu compte, mais j’ai reçu un gros coup !”

Depuis ce jour, la chanteuse explique souffrir d’acouphènes. Un phénomène qu’elle connaissait déjà : son frère, le chanteur Roméo Elvis en souffre également.

Ma plus grande peur, c’est que ça s’empire.

Comme beaucoup de personnes souffrant d’acouphènes, Angèle n’en a pas parlé lors de leur apparition, “parce que je ne voulais pas admettre que j’avais un problème” reconnait-elle. “Comme mes oreilles, c’est mon métier, je pensais que ça allait être un vrai problème“, poursuit-elle. Avant de conclure:

“Franchement, les acouphènes peuvent rendre fou. Ma plus grande peur, c’est que ça s’empire.”

Angèle, chanteuse belge

Pour découvrir de nouvelles solutions innovantes pour soulager les acouphènes, n’hésitez pas à regarder cette vidéo

Acouphènes et Magnésium : une piste sérieuse à envisager

Le magnésium est un élément vital pour le bon fonctionnement du métabolisme humain. Il intervient dans plus de 300 réactions enzymatiques.

Tout le monde est d’accord sur ce point : les découvertes scientifiques, c’est génial.

Cela permet d’améliorer ou de soulager la vie des gens.

Cela redonne de l’espoir quand tout parait impossible.

Cela permet aussi de remettre en cause nos croyances. Et notamment de croire que nous savons tout.

Et dans le domaine médical, une des croyances les plus fortes c’est de penser que nous savons tout du corps humain… ou des acouphènes.

En voici un exemple concret : récemment, une équipe de chercheurs de l’université de Leicester, a démontré l’intérêt d’une supplémentation en magnésium dans la prise en charge des acouphènes… Et ça, personne ne l’a vu venir.

Magnésium : 80% des français en manque

Petit rappel sur le magnésium :

Le magnésium est un élément vital pour le bon fonctionnement du métabolisme humain. Il intervient dans plus de 300 réactions enzymatiques.

Le corps ne fabricant pas de magnésium, le seul moyen d’en disposer reste la nourriture.

Et c’est là que les problèmes commencent. Je ne vous raconte pas l’histoire en détails, vous la connaissez par cœur :

  • L’appauvrissement des sols
  • L’utilisation massive de pesticides
  • Les productions hors sols et hors saisons,

Ces 3 facteurs entraînent une perte en nutriments importante.

Résultat : même en consommant massivement des fruits, légumes, céréales et noix en tout genre, il n’est pas toujours facile d’atteindre les doses recommandées : entre 300 et 400 mg par jour chez l’adulte.

C’est donc sans surprise que 80% des français ont une consommation moyenne de magnésium inférieure à celle recommandée.

Ok pour le magnésium. Et les acouphènes dans tout ça… ? On y arrive

Magnésium et Acouphènes : quel rapport ?

A priori, entre les acouphènes et le magnésium, il n’y a aucun rapport.

Mais c’était sans compter sur cette étude prometteuse publiée par l’université de Leicester en Angleterre dans «The Journal of Experimental Neurology»

Les chercheurs ont réussi à démontré qu’une supplémentation en magnésium permettrait de diminuer la perception des acouphènes pour les patients qui en souffrent de manière modérée ou sévère.

Mais avant de vous ruer sur la première boîte de magnésium en pharmacie, voici une liste des aliments les plus riches en magnésium : (source : lanutrition.fr)


Sardines à l’huile

  •  Dans 100 g de sardines à l’huile on trouve 467 mg de magnésium

Oléagineux

  • Les noix du Brésil (367 mg pour 100 g)
  • Les graines de tournesol (364 mg pour 100 g)
  • Les amandes (232 mg pour 100 g)
  • Les noix de cajou (223 mg pour 100 g)

Fruits de mers

  • Les bigorneaux renferment 300 mg de magnésium pour 100 g,
  • les bulots cuits 144 mg,
  • les anchois marinées 101 mg,
  • les huîtres 98 mg, les moules cuites 75 mg
  • les coquilles Saint-Jacques 62 mg

Céréales

  • Le sarrasin (231 mg pour 100 g)
  • L’avoine (177 mg pour 100 g)

Légumes, surtout les légumes verts

  • Épinards cuits (53 mg pour 100 g)
  • Haricots mungo cuits (60 mg pour 100 g)
  • Haricots blancs cuits (60 mg pour 100 g)

Les fruits secs sont aussi d’excellentes sources de magnésium :

  • Banane séchée (108 mg pour 100 g)
  • Cassis (105 mg pour 100 g)
  • Figue de barbarie (77 mg pour 100 g)
  • Figue séchée (52 mg pour 100 g)
  • Banane (35 mg pour 100 g)

Pour découvrir de nouvelles solutions innovantes pour soulager les acouphènes, n’hésitez pas à regarder cette vidéo

La surdité survenant naturellement avec le vieillissement

Vieillir n’est pas une fatalité mais un phénomène naturel. Tout le monde est concerné et il faut en accepter les conséquences. Ainsi en prenant de l’âge, notamment après 40 ans, les cellules de notre oreille interne finissent progressivement par mourir. C’est ce que l’on appelle la presbyacousie. Nous ne sommes cependant pas tous égaux face aux dégradations inévitables causées par l’âge. Cette diminution de l’acuité auditive peut ainsi apparaître plus tôt chez certains d’entre nous plutôt que d’autres.
Pour avoir une idée de l’ampleur de la presbyacousie dans la population, sachez que 20% des adultes et plus de 50% des personnes ayant plus de 80 ans sont atteints. Et plus de la moitié de la population active l’est également. Ces chiffres permettent de relativiser les choses, non ?
Continuer la lecture de « La surdité survenant naturellement avec le vieillissement »

Qu’est-ce qu’un audiogramme ?

Mesurer notre capacité auditive est utile pour poser un diagnostic et choisir éventuellement un traitement. Pour cela il convient d’utiliser des systèmes de mesure aboutissant à la création d’une sorte de compte rendu graphique que l’on appelle un “audiogramme”.
Le test auditif complet, effectué en principe par un médecin ORL, est composé de plusieurs analyses qui aboutissent à un diagnostic auditif du patient qui saura s’il souffre ou pas de déficience auditive. L’intensité des déficiences est aussi mesurée grâce aux résultats fournis par l’audiogramme.
Votre médecin pourra alors vous indiquer la marche à suivre et les traitements éventuels.
Mais toutes ces interprétations et conclusions reposent sur la lecture correcte de l’audiogramme.
Continuer la lecture de « Qu’est-ce qu’un audiogramme ? »

D’où le son vient-il ?

Nous entendons les sons en “stéréo” car nous avons deux oreilles. Cette dualité nous permet en fait de connaître la direction d’un son, de savoir d’où il vient… et parfois où il va !
Notre cerveau est capable d’analyser toutes les informations tridimensionnelles émises par un son : sa tonalité, son décalage, et sa longueur d’onde.
Découvrons ensemble chacun de ces concepts afin de comprendre la complexité de notre univers auditif.
Continuer la lecture de « D’où le son vient-il ? »

Analyser les sons : comment notre cerveau fait-il ?

Nous sommes constamment bombardés par des sons, y compris durant notre sommeil. Le silence “absolu” n’existe pas vraiment dans la nature, sauf dans une chambre insonorisée artificiellement, et alors ce peut être la panique !
Mais comment fait notre cerveau pour analyser et filtrer les différents sons ?
Continuer la lecture de « Analyser les sons : comment notre cerveau fait-il ? »

Qu’est-ce la fréquence du son et les décibels?

Lorsqu’il s’agit de mesurer un son, on utilise différentes grandeurs. On parle de fréquence et de décibels. Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

Afin de bien définir ces termes, nous détaillons ci-dessous ces différentes notions.
Continuer la lecture de « Qu’est-ce la fréquence du son et les décibels? »

Les fumeurs présentent un risque accru à la perte d’audition

Le tabagisme présente des nombreux risques pour la santé, mais les fumeurs ne sont pas toujours conscients du risque accru de déficience auditive.
Pourtant, une étude japonaise publiée dans Nicotine & Tobacco Research a bien mis en évidence ce risque accru de déficience auditive pour les personnes qui fument.
Continuer la lecture de « Les fumeurs présentent un risque accru à la perte d’audition »

Les acouphènes sont un symptôme très répandu parmi les enseignants

Beaucoup de personnes souffrent d’acouphènes. Même si ces symptômes sont souvent rencontrés parmi les musiciens, les travailleurs du bâtiment, les mécaniciens et les travailleurs industriels, ces catégories ne sont pas les seules à souffrir de phénomènes acouphéniques.
Continuer la lecture de « Les acouphènes sont un symptôme très répandu parmi les enseignants »