Anthony Delon parle de sa guérison

J’ai été victime d’acouphènes : mes oreilles se sont mises à siffler… jour et nuit. Vingt-quatre heures sur vingt quatre. Au bout de six mois je n’en pouvais plus. J’avais envie de me fracasser la tête contre les murs.
« Tu vas devenir dingue ! »
Un jour que j’étais à bout ou presque, j’ai compris qu’il fallait que je les accepte, qu’elles faisaient partie de moi. Je devais apprendre à vivre avec.
Et j’ai eu raison : ils ont disparu deux ans plus tard

10 réflexions sur « Anthony Delon parle de sa guérison »

    1. Bjr. Il y a aussi les muscles et les nerfs cervicaux tétanisés lorsque l’on est trop souvent devant écrans et téléphone. Ce qui provoque des tensions voir même des coincements. Et l’arthrose cervicale aussi. Voir disques c6 et c7 si usure.

  1. Super.
    Moi depuis 9 mois que j’ai mes acouphènes.
    M’a vie est devenu dingue, j’ai prit tant des médoc, voir orl rien marché.
    J’ai marre de ma vie…
    Merci de votre témoignage

  2. Bonjour,
    Comme chacun d’entre nous j’ai vécu les acouphènes comme quelque chose d’handicapant lorsqu’ils sont apparu lorsque j’avais 35 ans (j’en ai 42).
    Avec le temps, ce que j’en ai compris, c’est qu’il était grand temps pour moi que je m’aime et les acouphènes ne traduisaient que ma souffrance et ma lutte intérieure.
    Les acouphènes sont à l’origine d’un parcours formidable qui m’ont conduit à côtoyer des gens atypiques et je me suis ouvert à tellement de chose.
    Grâce à la méditation intensive et l’aide de nombreux thérapeutes, j’ai transformé mon rapport au monde et les acouphènes ne sont là aujourd’hui que pour le dire que je dois mettre à jour certains de mes schémas de fonctionner.
    Chaque acouphène traduit un mal être profond et ne vient pas frapper par « hasard ».
    Bon cheminement à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *